Si les cri­ses épi­lep­ti­ques peu­vent avoir la moind­re influ­ence sur vot­re per­for­mance au tra­vail ou si elles vous met­tent en dan­ger, il est judi­cieux d’en par­ler à vot­re (futur) employ­eur. Out­re la sévé­ri­té de l’épilepsie, la fré­quence, la régu­la­ri­té et l’horaire des cri­ses sont des fac­teurs à prend­re en comp­te. Il n’existe pas de recet­te universelle.