Loading...
|||Scolarité et formation
Scolarité et formation2017-08-27T10:08:16+00:00

Ecole

La manière dont un enfant atteint d’épilepsie est intégré en classe ou en cours dépend moins de sa forme personnelle de maladie que de l’attitude de ses camarades de classe et du personnel enseignant.

Comme n’importe quel autre enfant, il est en mesure d’atteindre des objectifs en fonction de ses talents. L’épilepsie n’influence pas ses dons. Elle n’a pas d’incidence générale et persistante sur l’intelligence, la capacité d’apprentissage ou la performance. Les crises et les médicaments peuvent toutefois affecter temporairement ces deux derniers facteurs.

De nombreux enfants atteints d’épilepsie n’ont pas de difficultés particulières à l’école. Toute baisse de performance doit cependant être prise au sérieux, car elle ne restera pas sans conséquences sur les progrès scolaires et professionnels, ni sur l’évolution psychique. Une élucidation approfondie des causes associée à des offres d’aide adaptées sont par conséquent extrêmement importantes.

Soutien pour le personnel enseignant et les parents

L'Epilepsie en classe

L’épilepsie en classe

Informer les élèves, aborder le sujet de l’épilepsie. La brochure «L’épilepsie en classe» réunit des informations précieuses pour le quotidien scolaire.

Article de fond sur l’entrée à l’école

Vous trouverez ici des informations de fond sur l’entrée à l’école. Notre conseillère a réuni pour vous les données les plus importantes.

Choix d’une profession

Comme chez tous les adolescents, le choix de la profession doit en premier lieu dépendre des goûts et des aptitudes. L’épilepsie ne doit toutefois pas être ignorée. Les questions clés à cet égard sont les suivantes: dans quelle mesure l’épilepsie est-elle régulée? Que se passera-t-il s’il se produit des crises (répétées) au travail?

En règle générale, les personnes atteintes d’épilepsie n’ont pas accès aux métiers dans lesquels les crises sont susceptibles de mettre des tiers en danger (pilote, chauffeur ou conducteur de locomotive, par exemple). Les métiers dans lesquels les crises sont susceptibles de mettre la personne elle-même en danger (travail sur des échelles, des échafaudages ou des toits, par ex.) ne sont envisageables que sous certaines conditions.

Le fait que certaines professions soient interdites ou déconseillées en cas d’épilepsie est un constat douloureux. Le choix du métier et la réflexion sur les chances dans la vie sont donc plus complexes pour les personnes atteintes d’épilepsie, ce qui est compréhensible. Il est d’autant plus important de s’adresser à des personnes de confiance (le personnel enseignant, entre autres) et de demander à temps une consultation approfondie auprès d’un service d’orientation professionnelle. Une bonne coopération entre l’école, les conseillers d’orientation et le médecin traitant, si possible en concertation avec le neuropsychologue et les proches, est recommandée.