Epilepsie dans la vieillesse

L’épilepsie séni­le est la troi­siè­me mala­die du système ner­veux la plus fré­quen­te chez la per­son­ne âgée après la démence/maladie d’Alzheimer et l’AVC. L’allongement de l’espérance de vie et l’amélioration de la qua­li­té des soins médi­caux ont ent­raî­né une aug­men­ta­ti­on du nombre de cas.

On par­le d’épilepsie séni­le lorsque des cri­ses épi­lep­ti­ques qui n’existaient pas dans l’enfance sur­vi­en­nent après l’âge de 65 ans. Un cas d’épilepsie séni­le sur deux envi­ron est dû à un trou­ble cir­cu­la­toire dans le cer­veau. Les bles­su­res à la tête, les démen­ces et les tumeurs céré­bra­les font par­tie des autres cau­ses possibles.

Les épi­lep­sies qui appa­rais­sent à un âge avan­cé ris­quent de ne pas être iden­ti­fiées com­me tel­les par le méde­cin trai­tant. Si une grand-mère souff­re régu­liè­re­ment de cour­tes absen­ces après les­quel­les elle reste dés­ori­en­tée pen­dant quel­ques instants, son entou­ra­ge a par­fois ten­dance à les mett­re hâti­ve­ment sur le comp­te de l’âge. Cer­tains méde­cins eux-mêmes con­fon­dent les sym­ptô­mes d’une cri­se avec un début de démence. Le pla­ce­ment et l’aide au quo­ti­di­en sont alors immé­dia­te­ment évo­qués. Cor­rec­te­ment dia­gno­sti­quées, les épi­lep­sies séni­les se soig­n­ent pour­tant très bien, ce qui per­met aux per­son­nes âgées de con­ser­ver plus long­temps leur indépendance.

Tou­te­fois, mal­gré un dia­gno­stic cor­rect, les per­son­nes âgées sont expo­sées à des ris­ques plus import­ants en cas de cri­se, sur­tout si elles vivent seu­les. Des moy­ens auxi­li­ai­res peu­vent dans ce cas les aider dans la vie courante.

Epilepsie dans la vieillesse

L’organisation pro­fes­si­on­nel­le Ligue Suis­se cont­re l’Epilepsie a publié un dépli­ant d’information con­s­acré spé­cia­le­ment au thè­me «Epi­lep­sie dans la vieillesse».

Dépli­ant d’information